Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 1, 1871.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paraît vaste, mais il n’est que dévasté. Il ramène sans cesse ses mèches à ses tempes et ses convictions à ses intérêts. Son éloquence a été surfaite et ses succès de ministre d’État ont été dûs moins à son talent qu’à la bonne volonté moutonnière d’une majorité toujours prête à n’écouter qu’une cloche afin de n’entendre qu’un son. — Louis Ulbach accorde à M. Rouher une grande facilité d’assimilation, et prétend qu’une affaire dont le premier mot lui serait inconnu à onze heures pourrait être plaidée à fond par lui à midi. Nous croyons, nous, que comme le plus vulgaire des avocats de justice de paix dont le bagout vide est le principal talent, M. Rouher serait même capable de plaider à fond des le matin une cause qu’il ne devrait étudier que le soir. Livré à lui-même, il n’eût pas gagné un procès de mur mitoyen ; son seul mérite est d’avoir pendant dix ans fait voir tout en bleu à des gens qui se fourraient complaisamment des verres azurés sur le nez. — Pendant son séjour au pouvoir M. Rouher a donné des places à tous ses parents. Beaucoup y sont encore ; ce n’en est pas pour cela plus malin de notre part.

Janvier 1872.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

M. Rouher se présente aux élections de la Corse le... 18... — il échoue le... 18... — et se retire près de son maître à Chislehurst le... 18... pour y collaborer aux menées de ce dernier. — Les trente journaux bonapartistes entretenus en France par Napoléon III ayant mis à sec la cassette impériale, M. Rouher prête toutes ses économies à son souverain le... 18... en s’écriant : tout sur la rouge !… — Le magot y passe, et le... 18... M. Rouher-Macaire se trouve littéralement à sec, — le... 18... il dit à don Bertrand : Sire !… je vais mettre au Mont-de-Piété la grand’croix de diamant que vous m’avez donnée, et meurt d’apoplexie à cette réponse que lui fait l’empereur en rougissant : Je n’osais pas te l’avouer…, c’est du stras.


L’auteur du TROMBINOSCOPE, fait ses excuses à ses lecteurs pour le retard apporté dans l’apparition de sa cinquième série. — Une maladie grave en a été la cause.


première sérieJules Favre, Thiers, Gambetta et le comte de Paris.
deuxième sérieLe Comte de Chambord, Trochu, Bismark et le prince Napoléon.
troisième sériePie ix, Eugénie et Napoléon iii (fascicule double).
quatrième sérieGuillaume ier, Jules Simon, Rochefort, Haussmann.
cinquième sériePouyer-Quertier, Rouher, duc d’Aumale, Garibaldi.

SOUS PRESSE LA SIXIÈME SÉRIE


PARIS. — IMP. VALLÉE, RUE DU CROISSANT, 16.