Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 2, 1872.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parti républicain, qui transigeait avec M. Thiers depuis dix-huit mois, perdît en un jour tout le fruit de ces concessions en rompant avec le président de la République. Ce raisonnement n’était pas dépourvu de bon sens. En tout cas, c’était de la politique, et puisque les républicains, pour la première fois de leur vie peut-être, avaient trouvé utile d’en faire depuis deux ans en piétinant sur pas mal de leurs principes, ce n’était peut-être pas choisir un bien bon moment, pour jeter leur alliance par dessus les moulins, que celui où un dernier effort sur eux-même allait décider du succès de leurs négociations. — Les radicaux, eux, prônaient Barodet et ne voulaient rien entendre à tous ces compromis dont — disaient-ils — ils étaient toujours dupes à la fin. Avec assez de raison, ils disaient : « L’année dernière, sous prétexte d’amadouer la droite et de ramener l’Assemblée à Paris, on nous a fait blackbouler Victor Hugo et nommer Vautrain, qui n’a rien amadoué ni rien ramené, au contraire ! Puisque le miel ne vaut rien, en avant le vinaigre ! » Enfin, le 27 avril 1873, l’élection eut lieu. M. Barodet l’emporta et fut élu par 180 000 voix. À l’heure qu’il est, on doute encore que M. Barodet ramène beaucoup plus que M. Vautrain l’Assemblée à Paris.

Au physique, M. Barodet est un homme grand et robuste, aux traits ouverts et bienveillants. Les journaux monarchistes ont construit, à l’usage spécial de leurs abonnés, un Barodet tout différent qu’ils sortent tous les jours d’une boîte pour leur faire peur quand ils sont tentés de croire qu’il peut y avoir quelques républicains qui changent de chemise et ne mangent pas tous les jours de la chair humaine. — Le Barodet de la Patrie est un monstre barbu ; ses yeux lui sortent de la tête, il chique toute la journée et porte une petite guillotine en breloque à sa chaîne de montre. — M. Barodet — le vrai — s’exprime avec politesse et urbanité, clairement, sans emphase et sans violence. On eût désiré qu’il entrât à la Chambre rien que pour voir combien il est aisé à certains marquis mal élevés de passer, à côté d’un simple roturier, pour des marchands d’entr’acte.

Avril 1873.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

M. Barodet est nommé député aux élections prochaines le... 18... — Le... 18... une refonte de la loi municipale le replace à la tête de la mairie de Lyon. — Enfin, il meurt le... 19.., regretté des gens de bien et éreinté par le Figaro, c est-à-dire en honnête homme.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS BANDE, 20 CENTIMES.

Paris. — Imprimerie F. DEBONS et Ce, 16, rue du Croissant.