Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 2, 1872.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voisins, avec le sans-gêne d’une matrone de 150 kilos s’asseyant dans un omnibus entre deux collégiens de neuf ans. — Après le coup d’État du 2 Décembre, M. de Falloux fut peu inquiété. Il se retira dans ses propriétés, où il s’occupe d’agriculture et de fusion. Comme agriculteur, il fit couronner plusieurs de ses bœufs aux concours de Poissy ; comme fusionniste, il n’a encore rien fait couronner du tout ; mais il paraît qu’il s’en occupe plus activement que jamais depuis quelque temps, car on lui attribue une large part dans la réconciliation (?… !… ?… !…) qui vient d’avoir lieu entre le comte de Paris et le comte de Chambord. — En 1869, M. de Falloux a échoué comme candidat clérical à la députation dans la Vendée. Même dans la Vendée !…

Au physique, M. de Falloux est un homme très-ordinaire ; le visage, pâle, mou, sans aucune animation, rappelle ces bonnes têtes de vieux caissiers de compagnies d’assurances qui ne veulent jamais prendre leur retraite. — Quoique depuis longtemps M. de Falloux ne paraisse pas mêlé activement à la vie politique, il passe pour la cheville ouvrière des intrigues monarchiques qui doivent rendre prochainement à la France, sinon l’Alsace et la Lorraine, du moins une assez jolie collection de pèlerinages. Cette influence énorme, que rien ne semble justifier, serait due, assure-t-on, à cette circonstance que M. de Falloux a un frère qui passe pour être en possession du mouchoir de sainte Véronique, sur lequel se trouve imprimée la face sanglante de Jésus-Christ. — Nous pensons qu’il est du devoir de tout bon chrétien de ne point mettre en doute l’authenticité de ce linge, destiné à appeler la bénédiction du ciel sur notre malheureux pays, et de prier Dieu qu’il soit conservé dans son état actuel par la maison de Falloux, en dépit du proverbe : « Il faut laver son linge sale en famille. »

Août 1873.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

M. de Falloux, sans cesser de tricoter la fusion, par un mouvement qui lui est devenu machinal, publie, le... 18..., un nouvel ouvrage sur l’Inquisition, dans lequel il prouve que la graisse des hérétiques fondue n’aurait pas dû être rendue à leurs familles, mais bien vendue au profit du Saint-Office pour les frais d’entretien de la rôtissoire. Enfin, il meurt, le... 19..., dans un violent accès de désespoir en apprenant que sa bonne adonné à la blanchisseuse, en même temps que tout le linge de la maison, le mouchoir de sainte Véronique, le prenant pour une serviette dans laquelle elle avait saigné du nez.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS BANDE, 20 CENTIMES.

Paris. — Imprimerie F. DEBONS et Ce, 16, rue du Croissant.