Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 2, 1872.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vellement reconstruit, le rôle de Marie Tudor, ce drame qui n’a échappé aux éperons de la censure de l’état de siége que parce que Victor Hugo ne l’a pas appelé : La Reine s’amuse.

Elle y a obtenu un nouveau triomphe. Bien entendu, cette reprise d’un drame où l’on voit une reine changer de premier ministre à chaque arrivage de marée, n’a pas été du goût des journaux rabagasistes ; et leurs reporters, qui ne manquent jamais d’arborer l’habit et le gant paille pour assister à la première d’une polissonnerie réactionnaire des Variétés, ont affecté de paraître en pet-en-l’air et en gilet montant à la reprise de Marie Tudor. Ils n’ont pas fait de bruit à la représentation ; mais, — imitant le rageur légendaire, — à la façon dont ils n’ont pas changé de chemise, on a bien vu qu’ils n’étaient pas contents.

Au physique, Marie Laurent est de moyenne taille, un peu forte maintenant ; les traits sont rudes et accentués, l’œil énorme et plein d’expression ; chose bizarre, il a sa gamme complète ; il exprime tour à tour la fureur et la tendresse, et dans les rôles muets comme ceux de l’Aïeule et de la mère dans Thérèse Raquin, Marie Laurent mime des scènes entières avec une clarté admirable. Avec des yeux comme ceux-là, on n’aurait pas besoin de langue. La mobilité de son regard est si expressive que souvent, au restaurant, elle s’amuse à commander son dîner sans dire un mot. Aussi bouché que soit le garçon, il n’a qu’à la regarder, et il lit dans ses yeux : « Potage printanier, beafsteack saignant, cèpes bordelais, raisin et café, vite, vite, je suis pressée ; de l’eau fraîche, et ôtez-moi le Gaulois de là !… — Marie Laurent a épousé, en 1859, un acteur, M. Desrieux, qui, depuis ce jour, n’a pas obtenu de nouveaux succès.

Octobre 1873.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

Marie Laurent, après un grand nombre de créations importantes, qui mettent le comble à sa gloire, est sur le point d’entrer à la Comédie-Française le... 18... ; seulement, comme l’on semble exiger d’elle qu’elle terraterrise son genre en ne se permettant plus que les effets tragiques cotés et numérotés dans le magasin des traditions du théâtre, elle refuse en faisant la grimace que fait Hyacinthe quand on lui propose de ganter du 6 ½ étroit. — Enfin Marie Laurent meurt le... 19..., au moment où la ville de Paris, ayant remarqué la puissance de son regard écrasant, et renonçant au système très-onéreux des rouleaux compresseurs, allait lui proposer trente mille francs par an pour se promener deux heures par jour sur les boulevards, et aplatir le macadam en le regardant.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS BANDE, 20 CENTIMES.

Paris. — Imprimerie F. DEBONS et Ce, 16, rue du Croissant.