Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 2, 1872.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


attaque d’apoplexie. — Le 8 octobre 1871, le général Faidherbe fut nommé conseiller général à Lille et, plus tard, les habitants d’Amiens et de Saint-Quentin lui offrirent une épée d’honneur. — Géographe très-instruit, M. Faidherbe a publié nombre d’ouvrages sur les pays étrangers et a été chargé d’une mission scientifique en Égypte. Il a publié le récit des opérations de l’Armée du Nord (1871), qu’il a dédié à Gambetta ; la droite en a poussé des hurlements féroces, pensant probablement qu’il avait été bien inconvenant en n’offrant pas son livre au maréchal Lebœuf. — On a, de plus, du général Faidherbe un travail intitulé : Bases d’un projet de réorganisation de l’armée, dans lequel il essaie de prouver qu’il vaut mieux, pour une nation, faire de tous ses enfants des soldats sérieux pendant deux années, que de tirer au sort quels seront ceux qui joueront au billard pendant sept ans.

Au physique, le général Faidherbe paraît d’une constitution assez chétive. Sa figure est fine, pâle et méditative. Les bonapartistes gouailleurs rient volontiers de ce général-penseur. Pour ce que nous devons à leurs généraux-pansus, il n’y a pourtant pas de quoi être si fiers. — Il ne manque pas d’une certaine causticité et le Tintamarre a raconté qu’il avait un jour répondu à ses amis qui lui montraient les éreintements dont il était l’objet de la part des journaux bonapartistes : — Quand l’on est fait d’herbe, il faut bien s’attendre à être mangé par quelqu’un.

Avril 1873.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

Le général Faidherhe est ramené à la Chambre par de nouvelles élections, le... 18... — Il trouve le... 18.. pas mal de cheveux sur la dernière loi militaire et décide sans peine ses confrères de la majorité républicaine à l’épiler. — Le... 18..., la guerre ayant éclaté entre la France et… (tais-toi, mon cœur !…) il reçoit le commandement d’un corps d’armée qui, cette fois, a des chaussures, et le... 18..., il fl… une trip… ind… aux… et leur repr… (retais-toi, mon cœur !). Enfin, il meurt le... 19..., honoré de la République, après avoir demandé l’autorisation d’écrire son nom avec un Y pour ne plus être à côté du général de Failly dans le Dictionnaire des contemporains de Vapereau.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS BANDE, 20 CENTIMES.

Paris. — Imprimerie F. DEBONS et Ce, 16, rue du Croissant.