Page:Toulmouche - Histoire archéologique de l'époque gallo-romaine de la ville de Rennes.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
259

dcTail se trouver au point d’intersection de cette voie et d’une autre courant du Nord-Ouest au Sud-Ouest, et qui parait se diriger de Gorseul au Mans. Ce camp était romain, car on y trouve de nombreux fragmcns de tuiles à rebords et de briques, tout autour, et, en outre, des fondations fie murailles, des marches d’escalier, des pièces de monnaie, des ustensiles, etc.

La voie passait à la Chauitie, le long- du Gbâstel qui servait de fortification à ce point, et sous la forme d’une route large et assez droite, toujours désignée par le aom de Chemin de la ducheiie Annt, puis à droite des villages de Taîllepied et de la Fauvelais-, elle traversait le ruisseau de Leuremont, dans un point oii l’on a trouvé les débris considérables d’un pont en granit. M. Lafosse a vu dans le cimetière de MarciUé, fouillé récemment pour l’élargissement d’une route, des fragmens de tuiles à rebords et une couche horizontale de ciment de 6 pouces d’épaisseur sur 25 à Zù pieds de laideur, et légèrement convexe, qu’il croit avoir ^t partie de la voie romaine, maie qui pourrait bien n’être que l’ancien sol d’une habitation gallo-romaine peu éloignée de celle-ci. Enfin, il a remarqué dans les murs de l’église des briques de la même époque.

Au delà, la voie passait h 1 kilomètre à l’Ouest de Bazouges-la.-Pérouse, d’après les nombreux débris de briques romaines qu’il a notés dans les champs de la métairie de la Haie, lors de l’ouverture de la route de Fougères il Dinan, et dans ceux voisins qui en étaient jonchés ; cependant, il ne l’y a pas rencontrée ; elle devait, soivant lui, traverser les villages de la Charrière, de b Morinière, du Lavoir, puis entrer dans la forêt de Villecartier.

C’est dans celle-ci qu’existe, d’après M. deGerville, un ancien chemin empierré, allant dans la ttirection de Renues au Hont-Saint-Michel, appelé Chemin Montais, et un autre qui s’embranche avec le premier, nommé Chemin de la duchesse Anne, l’un et l’autre très-connus des bûcherons. Il est regrettable qu’on n’ait pas indiqué la direction du dernier, afin de savoir s’il venait d’Aptrain ou d’Avranches. Au delii, suivant M. Bizeul, la voie passait au village de la Hotte ; laissant à 13 ou I,âOO mètres à l’Ouest le bourg de Trans (I). s On voit que dès qu’il l’étudié au-delii de la forêt

(I ) Je croîs que la voie devait paiecr dans un point plus rapproché de ce bourg.