Page:Tourgueniev - Mémoires d’un seigneur russe.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


88 MEMUIRES

gentiment en faisant une profonde révérence, c’est-à-dire de plonger un peu sous la glace qui alors couvrait déjà la rivière. M. Lejeune parut ne pouvoir réellement se rendre à leur invitation, et se mit à son tour à représenter aux moujiks de Smolensk qu’ils feraient une excellente œuvre en lui permettant de se rendre de son pied léger à Orléans. Messieurs, leur disait-il en un fort bon langage de son pays, et qui n’avait plus rien ni de la rudesse ni de la crânerie militaire de MM. les tambours. songez que jïai là une tendre mère.... » Mais les moujiks, qui probablement ne savaient pas bien exactement la position géographique de la ville d’Aurélien, continuaient à lui proposer le véhicule des eaux fermées de la Gniloterka, et même ils commençaient à lui jouer un peu des mains sur la nuque et autour de la taille, quand tout à coup, à la grande joie de M. Lejeune, un tintement de sonnette se fît entendre, et sur la digue parut un immense traîneau couvert d’un tapis bariolé au dossier, tiré par trois petits chevaux rondelets de Viatka tout à fait de même pelage. Dans ce traîneau se carrait un gros et vermeil seigneur en pelisse de loup. ·

ti Qu’est-ce que vous faites là, enfants ? demanda-t-il aux paysans.

— Nous noyons un Français, bârine.

— Ah l fît avec le plus grand sang-froid le monsieur, et il se détourna du groupe....,

—~ Monsieur ! monsieur ! cria à tue-tête le’pauvre diable. -·— Tiens, dit la pelisse de loup mécontente, ce drôle est venu en Russie avec le ban et l’arrière-ban des vingt peuples de la gentilité ; il a mis Moscou en flammes, Penragé ; ·il a arraché la croix de la coupole d’Ivan le Grand.... et maintenant.... Mossié, mossié ! ! Ah ! ah ! nous avons à cette heure la queue et l’oreille basses ; mort et torture aux brigands, . Fouette, Filka, fouette ! (Les chevaux font un mouvement.) Au reste, un moment, Filka. Hé ! toi, monsieur, sais-tu la musique ? dit-il, en russe toujours. L V ’ — Sauvez-moi, sauvez-moi, mon bon monsieur ! répétait Lejeune, qui n’avait qu’une seule idée en tête, et-·point de temps devant lui.