Page:Tourgueniev - Premier Amour, trad. Halpérine-Kaminsky.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
150
PREMIER AMOUR

— C’est une invention ? demanda malicieusement Malevsky.

Zinaïda ne le regarda même pas.

— Et qu’aurions-nous fait, nous autres, si nous avions été au nombre des invités ? demanda Louchine, et si nous avions connu l’existence de cet heureux auprès de la fontaine ?

— Attendez ! attendez ! reprit Zinaïda. Je vais vous dire ce qu’aurait fait chacun de vous. Vous, Belovzorov, vous l’auriez appelé en duel ; vous, Maïdanov, vous auriez écrit une épigramme. Vous auriez fait une série d’iambes comme Barbier, et vous les auriez fait paraître dans le Télégraphe. Vous, Nirmatsky, vous lui auriez emprunté… non, vous lui auriez prêté de l’argent avec intérêt ; vous, docteur… elle s’arrêta… je ne sais pas ce que vous auriez fait…

— Comme médecin de la reine, dit Lou-