Page:Trudelle - Paroisse de Charlesbourg, 1887.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

iv
DÉDICACE

Une considération cependant m’a fait hésiter quelque temps à entreprendre ce travail, et surtout à le mettre devant le public, c’est la persuasion où je suis qu’il me manque ce qui est nécessaire pour faire aimer la lecture d’un ouvrage historique comme celui que je vous présente, c’est-à-dire, la facilité de joindre ensemble l’utile et l’agréable : deux choses sans lesquelles un livre fait rarement fortune.

Mais je me suis dit : c’est pour mes co-paroissiens surtout que je vais écrire cette histoire intime de ma paroisse natale et je suis bien persuadé qu’ils la recevront avec plaisir, parce qu’ils feront attention plutôt aux choses qui y sont racontées qu’à la manière dont elles sont écrites.

Je me suis donc mis à l’œuvre, et j’avoue que ce travail a été pour moi d’un grand charme. J’ai aimé à recher-