Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 57 —

Les brouillards s’épandent entre les châteaux et les donjons montent jusqu’au ciel.

(Les danseurs, par couples, disparaissent vers la gauche du palais, ils en font le tour et rentrent par la droite. Deuxième chant.)

le chant

Vous êtes entré par hasard dans un monde féerique, et vous y êtes resté une demi-journée comme invité…

…Cependant, quand vous retournerez dans votre pays natal, vous trouverez un petit-fils de sept générations passées.

(Au rythme de ce chant, les danseurs achèvent pour la seconde fois le tour du palais et réapparaissent à droite. À ce moment, on entend une chanson au loin, faible et triste ; on en peut saisir les paroles.)
(Tout en s’avançant vers la gauche, les danseurs ralentissent leurs pas. L’orchestre joue doucement et en sourdine. La chanson se rapproche, les danseurs se rangent en ligne, un par un ; et ceux qui sont vêtus de couleurs vives disparaissent petit à petit. Les autres dansent lentement, comme lassés.)
(Ourashima, étonné, écoute attentivement ce chant de plus en plus rapproché. Otohimé demeure sans bouger.)

la chanson

  Toujours les parents
  Cherchent les enfants.
  Mais bien rarement
  Ceux-ci,
  Leurs parents.


(Pendant cette chanson, les danseurs réapparaissent une qua-