Page:Vallès - Le Bachelier.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait une petite classe, d’ailleurs, ce qui ne lui donne pas d’autorité et le prive de prestige.

Où ramasser les introductions, par ce temps de banqueroutisme triomphant, de républicains exilés ?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

J’ai eu une veine !


Près de moi est venu demeurer un maître de chausson misérable. Il est du Midi, communicatif, bavard, pétulant. Je suis la seule redingote de la maison, et il me recherche. Il me poursuit de ses bonjours, même de ses visites. Je ne puis m’en débarrasser et je prends le parti de causer boxe et savate avec lui pour ne pas trop souffrir, pour profiter plutôt de son encombrant voisinage.

Quelquefois, le soir, il me donne rendez-vous dans une espèce d’écurie où il enseigne deux pelés et un tondu — et je me livre à la savate, faute de mieux ! J’ai des dispositions, paraît-il.


J’arrive à être un tireur — ce qui ne me donne pas mes entrées dans le grand monde et ne m’aidera pas à être de l’Académie, mais ce qui me met en relation avec des saltimbanques.

Mes professeurs, mes recommandeurs, ne m’ont pas jusqu’ici trouvé pour un sou d’ouvrage. Les saltimbanques m’en procurent.

Un champion du pujullasse antique, comme il est dit à la parade, est venu tirer (en manière de rigolade), avec deux ou trois prévôts de régiment,