Page:Vanloo, Leterrier et Tréfeu, Le Voyage dans la Lune, 1877.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


QUATRIÈME TABLEAU


LE DÉPART
Le fond de la forge disparaît et découvre un canon gigantesque qui est censé avoir vingt lieues de long, la culasse est praticable et on y parvient par un escalier de fer mobile. — Le canon s’étend à travers la campagne, au-dessus des villes et des villages et va se perdre au sommet d’une montagne élevée.




FINAL

CHŒUR.

En route pour la lune,
Un pareil voyage vraiment
N’est pas chose commune
Et vaut bien le dérangement.


MICROSCOPE.

Qu’on fasse entrer messieurs les artilleurs.


VLAN.

Comment, des artilleurs ?


MICROSCOPE.

Entrez, messieurs les artilleurs.

Arrivée des artilleurs de toutes les tailles.

CHŒUR DES ARTILLEURS.

Nous sommes les artilleurs,
Petits artilleurs,
Moyens artilleurs
Et grands artilleurs,
C’est ici, ce n’est pas ailleurs
Qu’on trouve de vrais artilleurs.


VLAN.

Mais pourquoi faire
Tout cet appareil militaire ?