Page:Variétés Tome II.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remontrance aux nouveaux mariez et mariées et ceux qui desirent de l’estre, ensemble pour cognoistre les humeurs des femmes, trouvées dans le cabinet d’une femme après sa mort. Sur l’imprimé à Troyes, chez Jean Oudot.
M.DC.XXXXIIII.
In-8.

Deux choses desplaisent :

Rire souvent, et parler superbement.

Deux choses sont mauvaises :

Estre vaincu de ses ennemis, estre surmonté en bien-fait de ses amis.

Deux sortes de larmes aux yeux des femmes :

Les unes de douleur, et les autres de finesse et tromperie.

Trois choses belles et agreables :

La concorde entre les frères, l’amitié entre les voisins, et l’amour entre l’homme et sa femme.

Trois choses sont desagreables :

Un pauvre superbe, un riche menteur, et un vieillard lascif et des­honneste.

Trois choses sont dignes de compassion :

Un pauvre soldat estropiat, un sage meprisé, et celuy qui se destourne de son chemin.