Page:Variétés Tome II.djvu/345

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’Ouverture des jours gras, ou l’Entretien du Carnaval.
À Paris, chez Michel Blageart, rue de la Calandre, à la Fleur de Lys.
M. DC. XXXIV.
In-8.

Ceux quy nous apportent la muscade, le poivre et les clous de girofle qu’on met dans les pastez en ces jours gras, sçavent en quel climat sont situées les isles Molucques et combien il y fait chaud ; et cependant l’autheur de l’histoire de Quixaire1, princesse de ce pays, fait une remarque digne d’admiration, disant qu’elle avoit le teint fort blanc et les cheveux blonds, ce quy est une merveille aussy bien que de voir les Italiennes ne cedder rien en blancheur aux dames françoises. La raison de cest estonnement est que, chaque chose ayant son lieu, il semble qu’il ne se doit pas rencontrer des visages blancs en ces con-


1. Cet auteur est Cervantès. Sa nouvelle la Belle Quixaire étoit alors célèbre. Gillet de la Tessonnerie en fit le sujet d’une tragi-comédie jouée en 1639, et publiée l’année suivante, Paris, G. Quinet, in-8.