Page:Variétés Tome II.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mémoire sur l’état de l’Académie françoise, remis à
Louis XIV vers l’an 1696
1.

La bonté avec laquelle le roy a bien voulu se déclarer protecteur de l’Académie françoise semble engager S. M. à lui donner quelque moment de son attention pour la tirer du mespris et de l’avilissement dans lequel elle est tombée depuis quelque temps. Cette compagnie a toujours esté et est encore composée de plusieurs personnes d’un mérite distingué dans les lettres ; mais quelques petits esprits qui s’y sont introduits s’en sont, pour ainsy dire, rendus les maistres par l’absence des autres, que leurs différentes fonctions empeschent d’assister régulièrement aux assemblées, et ont escarté ceux qui auroient pû s’y trouver assidûment, en sorte que les honnestes se sont piquez à l’envy l’un l’autre de n’y point aller, et s’en sont même faict une espèce d’honneur dans


1. Nous trouvons ce mémoire, dont nous ignorons l’auteur, dans le Bulletin des sciences historiques, que dirigeoit M. Champollion-Figeac, et qui forme la VIIe section du Bulletin universel fondé par M. le baron de Ferussac. Il se trouve dans le tome 18, p. 98–100, et il y est dit qu’on l’a transcrit textuellement d’après un manuscrit du temps.