Page:Variétés Tome II.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dissertation sur la veritable origine des Moulins à barbe, contre l’opinion erronée, repandue depuis peu dans le public, quy en attribue l’invention à un mechanicien anglois, quoyque sa veritable origine constante soit de France, et même dans l’un des plus fameux fauxbourgs de Paris1.

La nouveauté plait extremement en France ; mais de quelque genre qu’elle soit, tant dans les sciences, les arts, les machines, que les spectacles, etc., elle plait infiniment davantage quand elle prend ou qu’elle est supposée prendre son origine chez l’etranger. C’est ce quy faict que dans une infinité de choses, et surtout dans les modes et les adjustemens d’hommes et de femmes, les artisans sont obligés d’emprunter les noms etrangers. Une femme ne voudroit pas porter une capote si elle n’estoit à l’angloise, ny un mantelet de gase s’il n’estoit de gase d’Italie ; un menetrier des Porcherons se feroit battre comme plâtre si on luy disputoit que son violon n’est pas


1. Faubourg Saint-Marceau.