Page:Variétés Tome IV.djvu/221

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’entrée de Gautier Garguille en l’autre monde.
Poème satyrique.
À Paris.
M.DC.XXXV1. In-8.

Le battelier d’enfer reparoit sa nacelle,
Rompuë sous le faix d’une ame criminelle,
Lorsque Gautier-Garguille, arrivantfuribond,
S’ecria : Passe-moy sans attendre un second,
Vieillard, et ne permets que deux fois je le die,
Car je suis de la farce en une comedie
Qu’on jouë chez Pluton. Si tu tardes beaucoup,
Le moindre des marmots t’y donnera son coup.
Ce discours depita l’homme à la vieille trongne :
Tu n’es plus, ce dit-il, à l’hostel de Bourgongne ;
Il ne faut pas tousjours rire et tousjours chanter.
Icy-bas les esprits ne se pourront flater


1. Hugues Gueru, dont les noms de théâtre étoient Flechelles et Gauthier Garguille, étoit mort depuis plus d’une année, après avoir joué pendant quarante ans des farces. Il en avoit soixante. « Dans les Registres de Saint-Sauveur, dit Piganiol (t. 3, p. 386), le convoi de Flechel, comédien, est marqué au 10 de décembre de 1633. »