Page:Variétés Tome VI.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Recit veritable de l’execution faite du capitaine Carrefour, general des voleurs de France, rompu vif à Dijon, par arrest du parlement de Bourgongne, le 12e jour de decembre 1622, avec un sommaire de son extraction, vols, assassinats, et des plus signalées actions qu’il a faits durant sa vie1. In-8.

Rien de plus furieux, de plus superbe ny de plus insolent qu’un homme eslevé de la poussière : il gourmande le ciel, il depite les destins et croit que les astres luy sont redevables de leurs influences. Ses paroles sont foudres, ses regards des esclairs et ses deliberations des arrests irrevocables ; mais ce bravache maintien ne peut longtemps durer : la violence est trop grande et les efforts trop furieux. Sçachez, ô volleur, qu’il y a encore des Hercules et des Thesées


1. Il est longuement parlé de ce voleur, l’un des plus fameux qu’il y eût au commencement du règne de Louis XIII, dans l’Inventaire général de l’histoire des larrons, liv. 2, ch. 7. « Ses compagnons, y est-il dit, ne l’appeloient que le Bohêmien, car il savoit toutes les règles du picaro, et il n’y avoit jour ou il n’inventât de nouvelles souplesses