Page:Variétés Tome VI.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


couronne, prevoyant la despence qui luy convenoit faire tous les ans pour la conservation de son estat et entretenement de sa maison, en fait un abregé qui s’appelle project, lequel se signe de la main du roy et d’un secretaire d’estat.

La somme totale arrestée, qui est estimée chacune des dites huict années à près de dix-sept millions, Sa Majesté règle là-dessus le creu extraordinaire, qui monte à quatre millions quatre cens mil livres16 ; mais elles se lèvent sur quatorze des dites quinze premières generalitez, celle d’Amiens estant exempte.

Grande taille.

Paris, trois cents soixante et dix milles livres.

Soissons, quatre cens quatre vingt mil livres.



celle-ci, qui donne le budget de 1622, ne pouvoit répéter la même phrase. Ici, du reste, les deux pièces, qui jusqu’à présent n’avoient été que la reproduction l’une de l’autre, cessent de se suivre et deviennent presque complétement différentes.

16. On trouve quelques détails de plus dans la pièce de 1607 : « Mais, y est-il dit, comme Sa Majesté voit que, du premier de ces deux moyens (les tailles), les charges qui se paient premièrement aux élections, puis aux généralités, déduites, il ne lui en revient pas la moitié, ainsi seulement quelque quatre millions cinq cent tant de mille livres, et comme des unes et des autres formes, qui montent à près de quatre millions d’écus, les charges déduites, il ne revient guère plus de huit millions de livres, elle a toujours été contrainte de lever une crue extraordinaire, qui s’appelle grande crue, ou autrement crue des garnisons, laquelle fut diminuée à la naissance de Monseigneur le dauphin (1601) d’environ quinze mille livres. »