Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


t t 1 28 ATTAQUE ·

düirmes, qui pouvant contenir et contenant en

E effet de fort gros détachemens, joints à toute la garde de latranchée, pourront ¤#tre les assié- » gcans en état de tomber tout d’un coup sur le i chemin couvert par un gros corps , et df envelopper t et tailler en pièces tout ce qui se trouvera dedans dans un tour de main; chose à quoi Fermemi I doit s'attendne , sans qu’il y ait apparence d’évi- ter ce coup. , t l Ce qui bien considéré, la raison veut que les assiégés ne se commettent pas à recevoir un échec 3 qui paraîteîroyable; sans fruit et sans aucune apparence de le pouvoir éviter que par l’abandon du chemin couvert ; c’est pourquoi ils niattendront pas la répétition de cette funeste expérience qu’ils ont tant de fois éprouvée à leurs dépens., _ — Les apparences presque certaines sont donc qu’ils ne;s’y hasarderont pas , et qu’ils n’y laisse- ront que de petits détachemens ; auquel cas,‘ les PL ,,_ ricochets et les petits cavaliers Q, que nous sup- 'E ‘°‘ posons faits _à mi-glacis, prendront infaillible- ' , ment le chemin couvert , sans coup férir de notre Cu pm Mais si ce chemin couvert n’est pointbattu des

m‘|‘:| Fia': ricoçhets , qu’on nesoit pas en état de le dominer

""*‘ °°""*· par les petits cavaliers, qu’il soit bien traversé et la garnison forte, on sera peut-être obligé d’en venir aux mains , et de les forcer par 'tme attaque générale. . i . · ·