Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nia _ j`A·1··nQui: 1 NM; 1·•·r¢·= <1î¤*•>i#‘ ¤= mûre sf}? 'avmsv r·¤ dé; tours; `-' " `_ i ,î Si elle n’est`poinl avoisinee par quelque piece u oe terre puisse- servir àiplacerdu canon Q-il_n’y

 _ _ aura pas moyen tle—rien faire; ·' i _ _ _ '

- ‘ . gyna, A la eliaussee amas ____ 5,5 A.·j—ï«;aà;g«1ç il _ —la¥‘gèq.su1`-glsllê ü ·' · . talus çlçs deux côtés ; qu’il_y`ait quelque; u _ " terre`ai;tename,4élevee etigiemi Qu,3 - pieilslau-dessus de lùsuperâoie plusieurs autresclxaussées pareilles Ma même avenue; on pourrasen servir 3 Il faudra d’ailYeurs__eraniiner-` où _l’6î;·' placer les ;l>a.tteriàes` à ricoclieœt ,; etle a £âi¤¢.ü‘#lï°î¥ë— et ë;€àtwl1cäl€*iëh¢¤i§s6¢è le pourra , pour `11'en·_embàrrasser··la'-`ltranchée que le moins qu’il sera possible ; sinon- au cas que le terrain soit si ingrat qu’on ne puisse; trouver où les mettre , les placer sur les 'chaussées, eh- les faisant à redans , comme lesjigurées L et'}!. l SME, ,1,, Le siége de- Mons .a· été uneiespèce de composé °“" ‘69" de tout cela; car on détourna la Trouille la place , et tant que le siege dura , on travailla àl’é- gout des marais qui awiginent la sortie cle cette rivière de la ville , et on marcha toujours par des avenues fort étroites. 2La planche 28 (1), montre (xl A, B, C, D. Tours qui Hanquent l’enceîntc et forment le front d`attaquc. D