Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


règlent leurs détachemens particuliers, et les dispositions de l’investiture, en sorte qu’ils puissent arriver tous à la même heure à un peu plus de la portée du canon de la place, à laquelle on ne se doit montrer que par des détachemens qui, poussant de tous côtés jusqu’aux portes de la ville, enlèvent tout ce qui se trouve dehors, hommes et bestiaux. Ces détachemens doivent être soutenus par quelques escadrons qu’on fera avancer autant qu’il sera nécessaire ; il sera même bon d’essuyer quelques volées de canon pour avoir lieu d’en remarquer la portée. Pendant que cette petite expédition se fait, on doit se saisir de toutes les avenues favorables au secours qui pourrait se jeter dans la place. En un mot, bien investir la place, la serrant le plus près que l’on peut par les postes que l’on prend tout autour. Le jour on se tient hors la portée du canon[1], et toujours en état de se donner la main les uns aux autres. De nuit on s’approche,à la portée du mousquet pour pouvoir former autour de la place un cercle garni de troupes, en sorte qu’il n’y reste point ou peu de vide qui n’en soit rempli. En cet état on tourne le dos à la place, et on dispose des petites gardes devant et derrière pour n’être pas surpris ; on fait enfin tête à l’ennemi de quelque côté qu’il se puisse présenter, tenant toujours moitié de la cavalerie à cheval, pendant que l’autre met pied à terre, peut un peu reposer les

  1. Position valable des **stes d’investissement.