Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

gueur des fascinesFascines et piquets. doit être de six pieds, sur vingt-quatre pouces de tour, aux reliures qui seront doubles, et lesdites fascines bien faitesPl. 4., les gros et petits brins recroisant également l’un sur l’autre par liaison alternative. Les piquets doivent avoir trois pieds de long, sur cinq à six pouces de tour mesuré par le milieu ; remarquant que des fascines et piquets sont des ouvrages de corvée, de même que les lignes ; mais les gabions se paient ordinairement à cinq sous pièce, à cause de la difficulté de leur facture, qui demande du soin et de l’adresse. Tous les corps font amas de ces fascines à la tête de leurs camps, où chacun d’eux fait son magasin près des sentinelles. Quant aux gabions, c’est un ouvrage de sapeurs et de mineurs bien instruits, et d’un détachement de Suisses qu’on demande pour cet effet ; ceux-ci parce qu’ils sont pour l’ordinaire plus adroits que les Français à ces sortes d’ouvrages. On doit aussi faire amas de toutes les chapes et barriques vides de l’artillerie, de même que celles qu’on peut trouver chez les vivandiers et à la campagne, desquelles on payera la même chose que des gabions.