Page:Vaucaire - Arc-en-ciel, 1885.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’air est vieux, noir, malsain, contenant la poussière
Et l’odeur d’un tabac fort. — Puis une lumière,
Une autre, une autre encore éclairent maintenant ;

Et je vis au milieu de cette indifférence,
Un voisin sur ma table étend un bras gênant,
J’ai froid, j’ai mal au cœur, j’ai soif ; la bière est rance.