Page:Vauvenargues - Œuvres posthumes éd. Gilbert.djvu/159

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


_ CORBESPONDANCE. H3 vie est malheureuse et agitee I Plus les liens qui nous y attachent nous sont agréables, et plus nous sommes exposes aux amertumes, aux degouts, aux plus grandes inquiétu· ' des; et ce qui devrait en etre le charme et Yagrement, en devient la desolation. Je ne finirais point, mon cher Saint- Viucens, si je voulais appuyer sur ces pensees ; mais il ne faut point noircir la joie de votre convalescence, il faut la gouter au contraire, la savourer, en jouir, et eloigner les reilexions. Nous sommes ici, depuis cinq ou six jours, pour passer eu revue devant le Boi; le regiment est campe, nous avons beaucoup de service et beaucoup de dissipation. Je vous écrirai de Chalons en Champagne, ou nous irons, au sortir d’ici; nous y arriverons vers le premier d’aoiit;··adressez-y vos lettres. Je ne puis rendre celle-ci plus longue, parce que je suis de garde, et que je suis en co paguie : qu’elle ne vous serve point de regle, je vous prie; vous en avez eu de moi qui sont immenses; marquez-moi si vous les avez regues, nommement la derniere, et si vous étiez deja ma- lade, lorsqu’elle vous a ew rendue. Je vous embrasse, mon cher Saint—Vincens, avec une extreme tendresse, et vous prie d’etre persuade qu' il n’y en a pas de plus vive que celle que j’ai pour vous. 39. — MIRABEAU A VAUVENARGUES. ‘ De Bonleanx, cc 3I juillet l739. Je me suis contraint, mon cher Vauvenargues, pour attendre jusqu’a re temps-ci a vous faire réponse; mais, ne devant etre dans vos quar- l tiers qu’au commencement d‘aout, j’ai eru qu’il serait inutile de faire courir ma lettre. Vous ne sauriez me faire un plus grand plaisir que de me parler de vous. Je ne veux pas vous attaquer en detail; Pon me con- naltrait mal par ce moyen, car mon intercadence * se fait sentir dans mes lettres, et je suis, hors pour les principes essentials, tantot Pyrandre.

  • C’est-i-dire mobilité : voila un mot que Vauvenargues n’eut jamais em-

Ployé, et qui annonce le style prochain de Mirabeau. dans ses écrits politi- ques et économiques. (Voir Ia 1'• note dc Ia Lrllrc 1**.% — G.