Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/138

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MON AMI LE PAYSAGE


J’ai pour voisin et compagnon
Un vaste et puissant paysage
Qui change et luit comme un visage
Devant le seuil de ma maison.

Je vis chez moi de sa lumière
Et de son ciel, dont les grands vents
Agenouillent les bois mouvants
Avec leur ombre sur la terre.