Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/172

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VERS LES FLEURS


Laissez-moi m’en aller vers les fleurs, mes amies,
En ce calme jardin où s’enclôt leur clarté :
La lune est déjà haute et luit au ciel d’été
Et l’étang dort, près des fontaines endormies.

Je suis las de marcher par le soir oppresseur ;
J’ai besoin de sentir ce qui est pur sur terre
Pencher vers moi sa bonté d’âme involontaire
Et donner à ma force un peu de sa douceur.