Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’AVENIR


I


Mon cœur qui choit, mais se relève
S’est élancé d’un bond puissant
Vers un futur éblouissant
Tel que le veut créer mon rêve.

Je sais ce qu’il m’en faut bannir :
Bonheur trop sûr ; clarté trop forte ;
Mais doute, excès, périls, qu’importe,
J’ai la ferveur de l’avenir.