Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/70

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA VIE ARDENTE


Mon cœur, je l’ai rempli du beau tumulte humain.
Tout ce qui fut vivant et haletant sur terre,
Folle audace, volonté sourde, ardeur austère
Et la révolte d’hier et l’ordre de demain
N’ont point pour les juger refroidi ma pensée.
Sombres charbons, j’ai fait de vous un grand feu d’or
N’exaltant que sa flamme et son volant essor
Qui mêlaient leur splendeur à la vie angoissée.