Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



50
poèmes

Debout dans la colère aimantait de l’effroi
Et s’abattait, et les cages devenaient cendres.

Les rois, il les prostrait devant son attitude,
Impérieux, ayant derrière lui, là-bas,
Et le peuple des cœurs et le peuple des bras
Tendus ! Il était fort comme une multitude.

Et son âme voyait son âme et ses pensées
Survivre et s’allumer par au delà son temps,
Torche première ! et vers les avenirs flottants
Tordre ses feux, ainsi que des mains convulsées.

Il se sentait miraculeux. Toute sa tête
S’imposait à l’obstacle. Il le cassa sous lui,
Jusqu’au jour où la mort enlinceula de nuit
Son front silencieux de force et de tempête.

Un soir, il disparut tué comme un roi rouge.
En pleine ville ardente et révoltée, un soir.