Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/171

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
167
les flambeaux noirs


UN SOIR


Sur des marais de gangrène et de fiel
Des cœurs d’astres troués saignent du fond du ciel.

Horizon noir et grand bois noir
Et nuages de désespoir
Qui circulent en longs voyages
Du Nord au Sud de ces parages.

Pays de toits baissés et de chaumes marins
Où sont allés mes yeux en pèlerins,