Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LXXV

À Mlle A. ROM***


Ce nom, Sedan ! me dit de vacances d’enfance,
De passages en « diligence » dans un bruit
Joyeux de clics-clacs et de vitraille qui fuit
Vers un horizon gai qu’on dirait qui s’avance.

Ce mot, Sedan ! m’évoque, ainsi qu’à tous en France,
Une plaine lourde de sang, blême de nuit,
Des cris éteints qu’une rumeur de rêve suit,
Sur quoi plane très haut comme de l’espérance.

Sedan ! Sedan ! pourtant il sonne encore doux
Et frais, non plus pour l’avenir ou la mémoire,
Mais bien dans le présent bien vivant, grâce à vous !

Il sonne, il brille, le futur nom de victoire :
Accent joli, mignon entrain toujours accru
Et l’Ardennais qu’est moi presque, en reste féru.