Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LIII

À ERNEST DELAHAYE


Ernest, en un sonnet dont peut-être sa mémoire
Je glorifiais Dieu jadis de nous avoir
Tout fait voir rose dans ce monde où tout est noir
Et créés gais tous deux pour sa plus grande gloire.

Or aujourd’hui, quand l’heure de rire raréfie
Ses chances et qu’un gris ennui s’en est suivi,
Voici, délicieusement inassouvi,
Un combat s’engager dont ma rate est ravie,

Un combat de géants du Grotesque déjà
Proverbiaux parmi les meilleurs de nos pîtres,
Et le bon sang dans mes veines coule par litres,

(Dans les tiennes aussi, gageons ! se dégorgea.)
Moréas contre Ghil, le Turc et la Belgique,
Pense ! Et quel beau cas batracomyomachique.