Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
251
souvenirs

me doit. Qu’à cela ne tienne, je me permets, moi, de vous offrir la goutte là-haut, chez Chose. Voulez-vous ? — Comment donc ! »

En face de l’église — une église de ces contrées, ardoise et craie, clocher lourd au milieu, on y voit sonner les cloches pendant les Te Deum, — le cabaret est propre. L’eau-de vie d’Aisne, marc de bas champagne, rit bleuâtre dans les gros petits verres : on choque, on boit, et c’est, parbleu ! la meilleure goutte que j’aie lampée de ma vie.

— À charge de revanche, père Machin !

— Allons donc, c’est de bon cour !

Et je, puisque je il y a, partis plus allègre pour chez mon notaire, qui devait être absent d’ailleurs, qu’Olympia pour son Panthéon pendant ce temps-là.