Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À PROPOS D'UN MOT NAÏF D'ELLE

III


Tu parles d’avoir un enfant
Et n’as qu’à moitié la recette.
Nous baiser sur la bouche, avant,
Est utile, certes, à cette
Besogne d’avoir un enfant.

Mais, dût-s’en voir à tort marri
L’idéal pur qui te réclame,
En ce monde mal équarri,
Il te faut être, en sus, ma femme
Et moi me prouver ton mari.