Page:Verlaine - Dédicaces.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XCV

À FRANCIS POICTEVIN


 
Toujours mécontent de son œuvre
D’autant plus exquise de flou
Et d’amour de l’art dûment fou
Où la limace et la couleuvre

Ne peuvent rien qu’user leur dent
Et leur bave, n’est-ce pas, presse
Littéraire en général ? Qu’est-ce
Que cet indicible imprudent