Page:Verlaine - Hombres.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Et puis elle, en bonne bougresse
Accélère le mouvement
Et Jean-nu-tête en un moment
De se remettre à la redresse.


Tu bandes ! c’est ce que voulaient
Ma bouche et mon { cul ! choisis, maître,
Ma bouche et mon { con
Une simple douce, peut-être ?
C’est ce que mes dix doigts voulaient.


Cependant le vit, mon idole,
Tend pour le rite et pour le cul —
Te, à mes mains, ma bouche et mon cul
Sa forme adorable d’idole.

1891.



Cette pièce copiée en double par l’auteur pour en titre : « Interludes » fragment d’un livre intitulé : « Hommes », déchiré en manuscrit par l’auteur, avec cette variante au deuxième vers de l’avant-dernière strophe.