Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


76 LES POÈTES MAUDITS ((Venez,venez voir Dieu! nous sommes ses colombes. Jetez-là vos linceuls, les cieux n’ont plus de tombes» « Le Sépulcre est rompu par l’éternel amour, Ma mère nous enfante à l’éternel séjour ! » Ici la plume nous tombe des mains et des pleurs délicieux mouillent nos pattes de mouche. Nous nous sentons impuis- sant à davantage disséquer un ange pa- reil ! Et, pédant, puisque c’est notre pitoya- ble métier, nous proclamons à haute et intelligible voix que Marceline Desbordes- Valmore est tout bonnement, — avec George Sand, si différente, dure, non sans des indulgences charmantes, de haut bon sens, de fière et pour ainsi dire de mâle allure — la seule femme de génie et de talent de ce siècle et de tous les siècles en compagnie de Sapho peut-être, et de sainte Thérèse. o