Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’appareil Reiset et Regnault fonctionnait toujours avec une extrême précision. L’air se maintenait dans un état de pureté parfaite. Nulle molécule d’acide carbonique ne résistait à la potasse, et quant à l’oxygène, disait le capitaine Nicholl, « il était certainement de première qualité ». Le peu de vapeur d’eau renfermé dans le projectile se mêlait à cet air dont il tempérait la sécheresse, et bien des appartements de Paris, de Londres ou de New York, bien des salles de théâtre ne se trouvent certainement pas dans des conditions aussi hygiéniques.

Mais, pour fonctionner régulièrement, il fallait que cet appareil fût tenu en parfait état. Aussi, chaque matin, Michel visitait les régulateurs d’écoulement, essayait les robinets, et réglait au pyromètre la chaleur du gaz. Tout marchait bien jusqu’alors, et les voyageurs, imitant le digne J.-T. Maston, commençaient à prendre un embonpoint qui les eût rendus méconnaissables, si leur emprisonnement se fût prolongé pendant quelques mois. Ils se comportaient, en un mot, comme se comportent des poulets en cage : ils engraissaient.

En regardant à travers les hublots, Barbicane vit le spectre du chien et les divers objets lancés hors du projectile qui l’accompagnaient obstinément. Diane hurlait mélancoliquement en apercevant les restes de Satellite. Ces épaves semblaient aussi immobiles que si elles eussent reposé sur un terrain solide.

« Savez-vous, mes amis, disait Michel Ardan, que si l’un de nous eût succombé au contrecoup du départ, nous aurions été fort gênés pour l’enterrer, que dis-je, pour l’« éthérer », puisque ici l’éther remplace la Terre ! Voyez-vous ce cadavre accusateur qui nous aurait suivis dans l’espace comme un remords !

– C’eût été triste, dit Nicholl.

– Ah ! reprit Michel, ce que je regrette, c’est de ne pouvoir faire une promenade à l’extérieur. Quelle volupté de flotter au milieu de ce radieux éther, de se baigner, de se rouler dans ces purs rayons de soleil ! Si Barbicane avait seulement pensé à se munir d’un appareil de scaphandre et d’une pompe à air, je me serais aventuré au dehors, et j’aurais pris des attitudes de chimère et d’hippogryphe sur le sommet du projectile.

– Eh bien, mon vieux Michel, répondit Barbicane, tu n’aurais pas fait longtemps l’hippogryphe, car, malgré ton habit de scaphandre, gonflé sous l’expansion de l’air contenu en toi, tu aurais éclaté comme un obus, ou plutôt comme un ballon qui s’élève trop haut dans l’air. Donc ne regrette rien, et n’oublie pas ceci : Tant que nous flotterons dans le vide, il faut t’interdire toute promenade sentimentale hors du projectile ! »

Michel Ardan se laissa convaincre dans une certaine mesure. Il convint