Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
188
césar cascabel.

ils allaient visiter une ancienne huilerie, de fondation américaine, qui fonctionnait encore à cette époque.

Le pays n’est pas dépourvu d’arbres, ni le sol de végétation, aspect très différent de celui que présente la presqu’île des Tchouktches, de l’autre côté du détroit. Cela tient à ce que, le long de la côte du Nouveau-Continent, monte un courant chaud, venu des brûlants parages du Pacifique, tandis que, le long du littoral sibérien, descend un courant froid, puisé au bassin des mers boréales.

Il va sans dire que M. Cascabel n’avait point l’intention de donner des représentations aux indigènes de Port-Clarence. Il se défiait et pour cause ! Jugez donc, s’il s’était trouvé parmi eux des acrobates, des jongleurs, des clowns, aussi remarquables que chez les Indiens du fort Youkon !

Mieux valait ne pas risquer de compromettre une seconde fois la réputation de la famille.

En attendant, les jours s’écoulaient et, en réalité, c’était plus qu’il n’était nécessaire pour le repos de la petite troupe. Certainement, après une semaine de halte à Port-Clarence, tous auraient été en état d’affronter les fatigues d’un voyage en terre sibérienne.

Mais le détroit était toujours interdit à la Belle-Roulotte. À la fin de septembre, et sous cette latitude, si la température était déjà au-dessous du zéro centigrade en moyenne, le bras de mer qui sépare l’Asie de l’Amérique n’était pas encore pris. Il passait de nombreux glaçons, formés au large sur les limites du bassin de Behring, et qui remontaient vers le nord, en prolongeant la côte alaskienne sous l’action de ce courant venu du Pacifique. Mais il fallait attendre que ces glaçons se fussent solidifiés, puis agglomérés, de manière à ne plus offrir qu’un immense ice-field, immobile et « carrossable » entre les deux continents.

Il était évident que, sur cette couche glacée devenue assez résistante pour qu’il y pût passer un convoi d’artillerie, la Belle-Roulotte et son personnel ne courraient aucun risque. Ce n’était d’ailleurs qu’un trajet d’une vingtaine de lieues dans la partie la plus resser-