Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
418
césar cascabel.

aime Sandre. Aussi, après avoir repoussé Clou d’un bras vigoureux, il le provoque, et ce niais est pris d’une si belle peur qu’il s’empresse de renoncer au mariage.

On voit combien ce drame est corsé, et comment les situations s’y enchaînent !… Et ce n’est pas fini.

En effet, tandis que l’on cherche Cornélia, à qui Clou veut rendre sa parole, un incident se produit… Cornélia a disparu !… On va, on vient !… Plus personne !

Tout à coup, des cris se font entendre dans les profondeurs de la forêt voisine. Sandre reconnait la voix de Mme Cascabel, et, quoiqu’il s’agisse de sa future belle-mère, il n’hésite pas… il vole à son secours… Évidemment, cette impérieuse dame a été enlevée par la bande de Fracassar, peut-être par Fracassar lui-même, le fameux chef des brigands de la Forêt Noire.

Effectivement, c’est ce qui est arrivé, et, tandis que Jean se tient près de sa sœur pour la protéger au besoin, Clou sonne la cloche et appelle au secours. Un coup de feu retentit… Le public est haletant, et il serait difficile d’imaginer que l’émotion puisse être jamais poussée plus loin au théâtre.

C’est alors que M. Cascabel, sous le costume calabrais du terrible Fracassar, paraît en scène, accompagné de ses complices, qui entraînent Cornélia, malgré sa résistance… Mais l’héroïque jeune premier revient à la tête d’une brigade de gendarmes, bottés jusqu’à la ceinture… Sa belle-mère est délivrée, les brigands sont saisis, et l’amoureux Sandre épouse sa fiancée Napoléone.

Il convient d’ajouter que, vu l’insuffisance du personnel, les bandits d’une part, les gendarmes de l’autre, ne paraissent jamais sur la scène. C’est Clou qui est chargé d’imiter leurs différents cris dans la coulisse, il s’en acquitte à faire illusion. Quant à M. Cascabel, il est réduit à se mettre lui-même les menottes. Mais, on ne saurait trop le répéter, l’effet de ce dénouement, grâce à une figuration si clairement indiquée, est extraordinaire.

Telle est cette pièce, sortie du puissant cerveau de César Cascabel,