Page:Verne - Cinq Semaines en ballon.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




CHAPITRE XIX


Le Nil. — La Montagne-Tremblante. — Souvenir du pays. — Les récits des Arabes. — Les Nyam-Nyam. — Réflexions sensées de Joe. — Le Victoria court des bordées. — Les ascensions aérostatiques. — Madame Blanchard.


« Quelle est notre direction ? demanda Kennedy en voyant son ami consulter la boussole.

— Nord-nord-ouest.

— Diable ! mais ce n’est pas le nord, cela !

— Non, Dick, et je crois que nous aurons de la peine à gagner Gondokoro ; je le regrette, mais enfin nous avons relié les explorations de l’est à celles du nord ; il ne faut pas se plaindre. »

Le Victoria s’éloignait peu à peu du Nil.

« Un dernier regard, fit le docteur, à cette infranchissable latitude que les plus intrépides voyageurs n’ont jamais pu dépasser ! Voilà bien ces intraitables tribus signalées par MM. Petherick, d’Arnaud, Miani, et ce jeune voyageur, M. Lejean, auquel nous sommes redevables des meilleurs travaux sur le haut Nil.

— Ainsi, demanda Kennedy, nos découvertes sont d’accord avec les pressentiments de la science.

— Tout à fait d’accord. Les sources du fleuve Blanc, du Bahr-el-Abiad, sont immergées dans un lac grand comme une mer ; c’est là qu’il prend naissance ; la poésie y perdra sans doute ; on aimait à supposer à ce roi des fleuves une origine céleste ; les anciens l’appelaient du nom d’Océan, et l’on n’était pas éloigné de croire qu’il découlait directement du soleil ! Mais il faut en rabattre et accepter de temps en temps ce que la science nous enseigne ; il n’y aura peut-être pas toujours des savants, il y aura toujours des poètes.

— On aperçoit encore des cataractes, dit Joe.

— Ce sont les cataractes de Makedo, par trois degrés de latitude. Rien n’est plus exact ! Que n’avons-nous pu suivre pendant quelques heures le cours du Nil !


Cinq Semaines en ballon 037.png


— Et là-bas, devant nous, dit le chasseur, j’aperçois le sommet d’une montagne.

— C’est le mont Logwek, la Montagne-Tremblante des Arabes ; toute