Page:Verne - Histoire des grands voyages et des grands voyageurs, Hetzel, 1870, tome 1.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


se rendre à leur merci et implorer la consécration du baptême. Gadifer, enchanté de ces résultats, fit partir un de ses gentilshommes pour l’Espagne, afin de rendre compte à Jean de Béthencourt de l’état actuel de la colonie canarienne.


II

Retour de Jean de Béthencourt. — Jalousie de Gadifer. — Jean de Béthencourt visite son archipel. — Gadifer va conquérir la Grande-Canarie. — Brouille des deux seigneurs. — Ils reviennent en Espagne. Gadifer est blâmé par le roi. — Retour du chevalier normand. — Les indigènes de Fortaventure se font baptiser. — Jean de Béthencourt revient au pays de Caux. — Retour à Lancerote. — Débarquement sur la côte africaine. — Conquête de la Grande-Canarie, de l’île de Fer et de l’île de Palme. — Maciot nommé gouverneur de l’archipel. — Jean de Béthencourt, à Rome, obtient du pape la création d’un évêché canarien. — Son retour en son pays et sa mort.

L’envoyé du gouverneur n’était pas encore arrivé à Cadix que le baron de Béthencourt débarquait en personne au fort de Lancerote, avec « une belle petite compagnie. » Gadifer et ses compagnons lui firent grand accueil, ainsi que les Canariens baptisés. Peu de jours après, le roi Guadarfia venait lui-même se rendre à merci, et, l’an 1404, le vingtième jour de février, il se fit chrétien avec tous ses compagnons. Les chapelains de Jean de Béthencourt rédigèrent même à son intention une instruction très simple contenant les principaux éléments du christianisme, la création du