Page:Verne - L’Étoile du sud, Hetzel, 1884.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
103
l’étoile du sud

des mains. Eh bien, il faut lui laisser ce nom ! Baptisons-la l’Étoile du Sud !… Le voulez-vous, monsieur Cyprien ? N’est-elle pas noire comme les beautés indigènes de ce pays et brillante comme les constellations de notre ciel austral ?

— Va pour l’Étoile du Sud ! dit John Watkins, qui n’attachait au nom qu’une importance médiocre. Mais, prends garde de la laisser tomber ! reprit-il avec épouvante, sur un brusque mouvement de la jeune fille. Elle se briserait comme verre !

— Vraiment ?… C’est si fragile que cela ? répondit Alice en remettant assez dédaigneusement la gemme dans son écrin. Pauvre étoile, tu n’es donc qu’un astre pour rire, un vulgaire bouchon de carafe !

— Un bouchon de carafe !… s’écria Mr. Watkins suffoqué. Les enfants ne respectent rien !…

— Mademoiselle Alice, dit alors le jeune ingénieur, c’est vous qui m’avez encouragé à chercher la fabrication artificielle du diamant ! C’est donc à vous que cette pierre doit d’exister aujourd’hui !… Mais, à mes yeux, c’est un joyau qui n’aura plus aucune valeur marchande, lorsqu’on connaîtra sa provenance !… Votre père me permettra, sans doute, de vous l’offrir en souvenir de votre heureuse influence sur mes travaux !

— Hein ! fit Mr. Watkins, ne pouvant dissimuler ce qu’il éprouvait à cette proposition… inattendue.

— Mademoiselle Alice, reprit Cyprien, ce diamant est à vous !… Je vous l’offre… Je vous le donne ! »

Et miss Watkins, pour toute réponse, tendait au jeune homme une main que celui-ci pressait tendrement dans les siennes.


XI

l’étoile du sud


La nouvelle du retour de Jacobus Vandergaart s’était promptement répandue. Aussi, la foule des visiteurs afflua-t-elle bientôt à la ferme pour voir la merveille du Kopje. On ne tarda pas non plus à apprendre que le diamant appartenait à