Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
121
LA CHASSE AU MÉTÉORE

« Ce sont des milliards qui se promènent… » (Page 119.)

— Aurait-elle de nouveau besoin de nos services ?

— Ce n’est pas probable, la bigamie n’étant pas admise sur le territoire de l’Union, dit le juge en refermant la fenêtre. Quoi qu’il en soit, d’ailleurs, je ne dois pas oublier qu’il est l’heure de me rendre au Palais, où se plaide aujourd’hui une importante affaire, relative précisément au bolide qui vous préoccupe. Si donc cette dame venait à se présenter chez moi, vous voudriez bien lui exprimer mes regrets. »