Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
136
LA CHASSE AU MÉTÉORE

qui s’étaient avancés jusqu’à lui en suivant le pourtour de la place.

« Un mot, s’il vous plaît, monsieur le juge, dit le gentleman.

— Tout à votre service, Mr et Mrs Stanfort, répondit Mr Proth avec amabilité.

— Monsieur le juge, reprit Mr Stanfort, lorsque nous avons comparu devant vous, il y a deux mois, c’était pour contracter mariage…

— Et je me félicite, déclara Mr Proth, d’avoir pu faire votre connaissance à cette occasion.

— Aujourd’hui, monsieur le juge, ajouta Mr Stanfort, nous nous présentons devant vous pour divorcer. »

Le juge Proth, en homme d’expérience, comprit que ce n’était pas le moment de tenter une conciliation.

« Je ne me félicite pas moins de cette occasion de renouveler connaissance », dit-il sans se démonter.

Les deux comparants s’inclinèrent.

« Veuillez prendre la peine d’entrer, proposa le magistrat.

— Est-ce bien nécessaire ? » demanda Mr Seth Stanfort, comme il l’avait fait deux mois auparavant.

Et, comme deux mois auparavant, Mr Proth répondit avec flegme :

« Aucunement. »

Impossible d’être plus accommodant. D’ailleurs, bien qu’ils ne soient pas prononcés, en général, dans des conditions aussi anormales, les divorces n’en sont pas pour cela plus difficiles à obtenir dans la grande république de l’Union.

Il semble que rien ne soit aussi aisé, et l’on se délie plus facilement qu’on ne s’est lié dans cet étonnant pays d’Amérique. En de certains États, il suffit d’établir un domicile fictif, et il n’est pas indispensable de se présenter en personne pour divorcer. Des agences spéciales se chargent de réunir les témoins et de procurer des prête-noms. Elles ont des recruteurs à cet effet et il en existe de célèbres.

Mr et Mrs Stanfort n’avaient pas eu besoin de recourir à de tels subterfuges. C’est au lieu de leur domicile réel, à Richmond, en pleine Virginie, qu’ils avaient fait les démarches et accompli les formalités nécessaires. Et s’ils étaient maintenant à Whaston, c’était par simple fantaisie de rompre leur mariage à l’endroit même où il avait été contracté.