Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
154
LA CHASSE AU MÉTÉORE

Un peu dure d’oreille, elle n’entendit pas le ronronnement qui s’échappait de la caisse, et, pareillement, si faible était la lueur bleuâtre du réflecteur métallique, qu’elle demeura inaperçue par son regard distrait. À un certain moment, cependant, un fait singulier attira nécessairement son attention. Comme elle passait devant le réflecteur métallique, une poussée irrésistible la fit choir sur le carreau. Le soir, en se déshabillant, elle eut la surprise de constater qu’une forte contusion, un superbe noir, illustrait sa hanche droite, ce qui lui parut fort étrange, puisqu’elle était tombée sur le côté gauche. Le hasard ne l’ayant plus amenée de nouveau dans l’axe du réflecteur, le phénomène ne se reproduisit plus, et c’est pourquoi elle ne songea pas à établir le moindre rapport entre son accident et la caisse déplacée par sa main téméraire. Elle supposa avoir fait un faux pas et n’y pensa plus.

La Vve Thibaut, fortement pénétrée du sentiment de ses devoirs, ne manqua pas, le balayage terminé, de remettre la caisse en place. Elle fit même de son mieux, c’est une justice à lui rendre, pour la disposer exactement comme elle l’avait trouvée. Si elle n’y réussit qu’à peu près, il convient de l’en excuser, et ce n’est nullement de propos délibéré qu’elle envoya le petit cylindre de poussières tourbillonnantes dans une direction quelque peu différente de sa direction antérieure.

Les jours suivants, la Vve Thibaut procéda de même, car pourquoi changerait-on ses habitudes, quand elles sont vertueuses et louables ?

Toutefois, il faut reconnaître que, l’accoutumance aidant, la caisse noirâtre perdit progressivement beaucoup de son importance à ses yeux et qu’elle apporta un soin décroissant à la remettre dans sa position première, après le balayage quotidien. Sans doute, elle ne manqua jamais de traîner cette caisse devant la fenêtre, puisque c’est là que M. Xirdal avait jugé bon de la placer, mais le réflecteur métallique ouvrit son orifice dans des directions de plus en plus variées. Un jour, c’était un peu à gauche qu’il projetait le cylindre de poussières, un autre jour, c’était un peu à droite. La Vve Thibaut n’y entendait pas malice et ne se doutait guère des cruelles angoisses que sa collaboration fantaisiste infligeait à J. B. K. Lowenthal. Une fois même, ayant par inadvertance fait tourner le réflecteur sur son pivot,