Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
192
LA CHASSE AU MÉTÉORE

riant Mrs Arcadia Walker. Eh bien ! Francis Gordon et miss Jenny Hudelson, pour ne point se marier à cheval, n’en seront que plus sûrs d’atteindre le bonheur. »

Inutile de dire que, au milieu de cette foule de curieux, Mr Seth Stanfort et Mrs Arcadia Walker devaient être les seuls, si on en excepte les deux jeunes fiancés, à ne point se préoccuper en ce moment du météore, à n’en point parler, à philosopher, comme l’eût probablement fait Mr John Proth, dont les quelques mots qu’ils venaient de prononcer évoquaient pour eux le visage plein de fine bonhomie.

On allait d’un bon pas sur un plateau semé de maigres arbustes, d’où s’échappaient nombre d’oiseaux plus troublés qu’ils ne l’avaient jamais été aux environs d’Upernivik. En une demi-heure, trois quarts de lieue furent enlevés. Un millier de mètres restaient à franchir pour atteindre le bolide qui se dérobait aux regards derrière un mouvement de la falaise. C’est là qu’on le trouverait, d’après le guide groenlandais, et cet indigène ne pouvait se tromper. Pendant qu’il travaillait la terre, il avait parfaitement vu la lueur fulgurante du météore, et il avait entendu le bruit de la chute, que bien d’autres, quoique de plus loin, avaient entendu aussi.

Une circonstance, paradoxale dans cette région, obligea les touristes à se reposer un instant. Il faisait chaud. Oui, si incroyable que cela pût paraître, on s’épongeait le front, comme si l’on se fût trouvé sous une latitude plus tempérée. Était-ce donc leur course rapide qui infligeait à tous ces curieux ce commencement de liquéfaction ? Elle y contribuait sans doute, mais la température de l’air, cela n’était pas contestable, tendait aussi à remonter. En cet endroit, voisin de la pointe nord-ouest de l’île, le thermomètre eût certainement marqué plusieurs degrés de différence avec la station d’Upernivik. Il semblait même que la chaleur s’accusât plus vivement à mesure que l’on approchait du but.

« L’arrivée du bolide aurait-elle modifié le climat de l’archipel ? demanda en riant Mr Stanfort.

— Ce serait fort heureux pour les groenlandais! répondit sur le même ton Mrs Arcadia.

— Il est probable que le bloc d’or, échauffé par son frottement sur les couches atmosphériques, est encore à l’état incandescent,