Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
230
LA CHASSE AU MÉTÉORE
Les deux rivaux avaient perdu jusqu’au souvenir de leur passagère rivalité. (Page 229.)

cette île des régions arctiques, il ne resta que M. Robert Lecœur et son pseudo-neveu, obligés d’attendre le retour de l’Atlantic. Le yacht ne revint que le lendemain. M. Lecœur et Zéphyrin Xirdal embarquèrent aussitôt. Ils en avaient assez de ce séjour supplémentaire de vingt-quatre heures dans l’île d’Upernivik.

Leur cabane de planches ayant été détruite, en effet, par le raz de marée consécutif à l’explosion du bolide, ils avaient dû passer la nuit en plein air, dans les plus déplorables conditions.