Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
LA CHASSE AU MÉTÉORE

dant que la foule manifestait devant leur maison, il n’est que trop facile de les imaginer. Si le docteur était monté sur la terrasse du donjon, elles s’étaient bien gardées de paraître à leur balcon. Toutes deux, le cœur serré, elles avaient regardé, en se tenant derrière les rideaux, cette manifestation qui ne présageait rien de bon. Si Mr Forsyth et Mr Hudelson, poussés par un absurde sentiment de jalousie, se disputaient le météore, le public ne prendrait-il pas fait et cause pour l’un ou pour l’autre ? Chacun d’eux aurait ses partisans, et, au milieu de l’effervescence qui régnerait alors dans la ville, quelle serait la situation des futurs époux, ce Roméo et cette Juliette, dans une querelle scientifique qui transformerait les deux familles en Capulets et en Montaigus ?

Quant à Loo, elle était furieuse. Elle voulait ouvrir la fenêtre, apostropher tout ce populaire, et elle exprimait le regret de ne pas avoir une pompe à sa disposition pour asperger la foule et noyer ses hourras sous des torrents d’eau froide. Sa mère et sa sœur eurent quelque peine à modérer l’indignation de la fougueuse fillette.

Dans la maison d’Elisabeth street, la situation était identique. Francis Gordon lui aussi eût volontiers envoyé à tous les diables ces enthousiastes qui risquaient d’aggraver une situation déjà tendue. Lui aussi, il s’était abstenu de paraître, tandis que Mr Forsyth et Omicron paradaient sur la tour, en faisant montre de la plus choquante vanité.

De même que Mrs Hudelson avait dû réprimer les impatiences de Loo, de même Francis Gordon dut réprimer les colères de la redoutable Mitz. Celle-ci ne parlait de rien moins que de balayer cette foule, et ce n’était pas, dans sa bouche, une menace dont il convenait de rire. Nul doute que l’instrument qu’elle maniait chaque jour avec tant de virtuosité n’eût terriblement fonctionné entre ses mains. Toutefois, recevoir à coups de balai des gens qui viennent vous acclamer, c’eût été peut-être un peu vif !

« Ah ! mon fieu, s’écria la vieille servante, est-ce que ces braillards-là ne sont pas fous ?

— Je serais tenté de le croire, répondit Francis Gordon.

— Tout cela à propos d’une espèce de grosse pierre qui se promène dans le ciel !

— Comme tu dis, Mitz.